"Pour moi, la pire des choses serait de vivre esclave.

On peut tout avoir : à manger, à boire. De quoi se vêtir, un toit où se loger :

Si on n'a pas la liberté, si on n'a pas la fierté, si on n'est pas indépendant, cela n'a ni goût, ni valeur"
                                                                  Ahmad Shah Massoud

Darah Afghanistan

99 rue Leguen de Kerangal 35200 Rennes

téléphone :02 99 50 41 43

darah.afghanistan@gmail.com

Les mots de Darah

1 2 3

Elles s’appellent Nouria, Hamida, Zohrah, ou encore Ferechta, Nazanine, ou Fatimah

02/10/2022

Elles s’appellent Nouria, Hamida, Zohrah, ou encore Ferechta, Nazanine, ou Fatimah

Elles s’appellent Nouria, Hamida, Zohrah, ou encore Ferechta, Nazanine, ou Fatimah. Elles ont entre 17 et 21 ans, elles préparaient le concours d’entrée à l’Université, elles avaient encore des rêves.


Vendredi 30 septembre, leur rêve a volé en éclat. Rescapées de l’attentat perpétré dans le centre éducatif Kaaj du quartier de Dasht-é-Barchi, ces jeunes filles ont été opérées, elles sont aujourd’hui soit en réanimation, soit dans le coma, elles sont toutes mutilées, dévisagées.
L’un des formateurs en CAO-DAO de notre association a perdu deux de ses cousines. Il nous a fait parvenir une liste de 15 noms de jeunes filles hospitalisées. DARAH lui a envoyé une aide d’urgence de 500 € à distribuer auprès des familles les plus dans le besoin suite à ce drame. Nous vous faisons part de son message : "Rien n’est plus beau que cette aide, merci infiniment".

 

La colère, la honte, l'amertume nous habitent... 

15/08/2021

Chères amies et chers amis de l’Afghanistan,


L’Afghanistan n’est plus ce pays dont le monde se fout, comme disait Christophe Ponfilly. Il est revenu sur le devant de la scène, et pour cause.
La colère, la honte, l’amertume, nous habitent. 


La colère : comment le prĂ©sident Joe Biden a-t-il pu commettre cet acte impardonnable d’abandonner l’Afghanistan Ă  son sort, aux mains d’un groupe fondamentaliste d’un obscurantisme redoutable, en sachant que les femmes vont ĂŞtre les premières Ă  payer un tribut insupportable ?  Comment n’a-t-il pas rĂ©alisĂ© que ce dĂ©part est un aveu de dĂ©faite et un message donnĂ© aux groupes terroristes du monde entier : « patientez, les talibans ont mis 20 ans et ils ont gagnĂ© ».

 

L’amertume : nous sommes interpellĂ©s par  celles et ceux qui travaillent avec l’association depuis 20 ans, et qui nous lancent un appel au secours. Ils ont cru aux Ă©coles, ils se sont investis Ă  nos cĂ´tĂ©s, ils nous ont offert leur pays. Que pouvons-nous rĂ©pondre aux musiciens que nous avons fait venir en France, qui nous ont enchantĂ©s des soirĂ©es entières ?

 

La honte : nous n’avons pas de réponse. L’ambassade de France nous a répondu qu’ils ne correspondaient pas aux critères de sortie du territoire, puisqu’elle n’avait pas établi de contrat direct avec eux. Qu’ils subissent donc !

 

Darah Afghanistan

 Hommage à Bernard

22/07/2021

 Hommage à Bernard

 Darah veut rendre hommage Ă  Bernard qui nous a quittĂ© ce mardi 20 juillet 2021. « Une si belle personne, le cĹ“ur sur la main, toujours le sourire et les yeux pĂ©tillants, attentif aux autres, discret ». Nous transcrivons ici les mots qui sont naturellement venus Ă  ceux qui l’ont connu. Bernard a beaucoup militĂ© pour l’Afghanistan, donnant de son temps et de sa personne sans compter.  Nous lui tĂ©moignons notre profonde reconnaissance et lui dĂ©dions ces deux poèmes de Rumi.

 

Le Roi de la pensée sans trouble
En dansant s'en est allé
Vers l'autre pays,
Le pays de la Lumière.

 

Au moment de la mort l'âme quitte le corps,
Elle le laisse comme habit ancien,
Elle le redonne à la poussière
Ce corps qui était poussière
Et façonne un corps fait de sa propre lumière ancienne.

 

Bernard, Ă  toi qui  aurais toute ta place sur ce graffiti « I’ll never walk alone », aux cĂ´tĂ©s de Massoud, nous te disons merci. Nos pensĂ©es vont vers JoĂ«lle, celle que tu as accompagnĂ©e de longues annĂ©es, unis dans votre soutien Ă  l’Afghanistan.