"Pour moi, la pire des choses serait de vivre esclave.

On peut tout avoir : à manger, à boire. De quoi se vêtir, un toit où se loger :

Si on n'a pas la liberté, si on n'a pas la fierté, si on n'est pas indépendant, cela n'a ni goût, ni valeur"
                                                                  Ahmad Shah Massoud

Darah Afghanistan

99 rue Leguen de Kerangal 35200 Rennes

téléphone :02 99 50 41 43

darah.afghanistan@gmail.com

Les actions en Afghanistan

Ecoles et collège


A Istalif, nos écoles ont continué d’accueillir les élèves jusqu’à l’âge autorisé par les taliban, 12 ans, avec les mêmes institutrices. Par contre, les directeurs des établissements ont été remplacés par des taliban. C’est ainsi que l’inspecteur de l’éducation nationale d’Istalif a été renvoyé de son poste et nommé dans une autre ville en tant que professeur.


Les élèves plus âgées ont dû abandonner le chemin de leur lycée et certaines institutrices se sont retrouvées elles aussi cloîtrées chez elles, n’ayant plus d’élèves en charge. 


Depuis la mi-décembre, tous les établissements scolaires publics sont fermés en raison de l’hiver, et ce jusqu’au printemps, date de réouverture traditionnelle. 


Devant le désarroi de ces institutrices, abandonnées, alors qu’elles sont parfois le seul soutien financier de leur famille, Darah continue de leur verser un salaire pour l’ouverture d’une classe à domicile.


La classe dure trois heures par jour, 5 jours par semaine. Les élèves sont en majorité âgées de 12 ans. Nous versons également  le coût du combustible pour chauffer la classe. C’est ainsi pour ces élèves un moment de confort relatif, la vie étant devenue particulièrement rude tant au niveau alimentaire que du chauffage.


Une classe coûte environ 150 euros par mois, salaire, chauffage et fournitures scolaires comprises.

 

Darah Afghanistan a mis en place 4 classes clandestines à Kaboul et en finance une cinquième en Kapisa.

 

Enseignement supérieur


Le centre d’architecture de terre construit à l’université polytechnique de Kaboul a été fermé par les taliban. L’un des formateurs qui enseigne à l’université nous donne des nouvelles régulièrement du centre qui n’est plus occupé. 


En réaction à cette fermeture, DARAH loue une salle dans une université privée. Darah prend en charge cette location, le salaire du formateur et de l’administrateur. Depuis la récente interdiction des étudiantes d’avoir accès à l’enseignement supérieur, l’administrateur enregistre les cours sur clé USB et transmet ensuite les cours aux étudiantes qui peuvent se réunir chez l’une d’entre elles.


Cette formation représente un coût de 650 € par mois.

 

Autres actions

Inondations dans la vallée d’Istalif

22/08/2022

Inondations dans la vallée d’Istalif

Fin aoĂ»t, des inondations très importantes ont eu lieu dans les provinces de Parwan, Kapisa, et Nangarhar faisant de nombreuses victimes et dĂ©truisant des dizaines de maisons. 

A Darah (village situé dans la montagne à environ 5 kms d'Istalif), la rivière en crue (voir film) a endommagé les murs de soutènement du lycée. L’inspecteur de l’éducation nationale d’Istalif nous a prévenu de l’étendue des dégâts nous demandant une aide d’urgence pour restaurer les murs de soutènement, mais aussi assurer des travaux d'entretien pour plusieurs établissements. Heureusement, il n’y a pas eu de victimes à Istalif contrairement à d’autres provinces qui ont subi de lourdes pertes.